Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

 

 

gaz-de-schistes 4[1]C’est une fois de plus sans consultation, sans aucune information publique et dans un total déni de démocratie que le gouvernement Sarkozy-Fillon-Borloo avait accordé depuis 3 ans plusieurs permis d’explorer le sous-sol français dans le but de trouver des gisements de schiste pour en extraire l’huile et le gaz, dont le permis de Brignoles en cours la région PACA.

Parmi ces permis on trouve ceux accordés en mars 2010 à Total, GDF et Shuepbach Energy, alors qu’étaient connus les dangers pour l’environnement et l’eau potable.

 

La France , en catimini, a participé aux travaux du consortium GASH par l’intermédiaire de l’Institut Français du Pétrole Energies Nouvelles ( IFPEN ), dont les techniciens auraient reçu ordre de ne plus communiquer sur le sujet tant les possibilités de gisements pourraient constituer de gigantesques sources de profit pour les industriels auxquels les permis ont été accordés.

 

Même madame Pons « notre députée silencieuse » connaissait ces autorisations et a fait mine du  contraire en se déclarant très attentive à l’évolution du dossier, façon peu originale pour sauver la face. Mais l’essentiel n’est pas là, ça serait lui donner trop d’importance.

 

L’essentiel porte sur la dangerosité de la technique par fracturation hydraulique de la roche avec des additifs chimiques susceptibles de contaminer les nappes phréatiques et de provoquer des minis séismes dont on ne connaît pas les conséquences dans les profondeurs de notre sous-sol.

 

Sous la mobilisation grandissante N-K-M ( Nathalie Kosciusko Morizet ), madame écologie dût faire machine arrière en décrétant un moratoire qui doit s’achever en juin 2011.

Sous la pression des collectifs, des associations et des partis de gauche dont le PCF, mercredi dernier, François Fillon devait faire son mea-culpa devant les députés avec un énorme lapsus en parlant de « gaz de shit. » Il faut qu’il arrête la fumette.

 

Plus sérieusement, il dût reconnaître sa responsabilité ( comme le fît Borloo quelques jours auparavant sur France 2 ) en annonçant qu’il préparait un texte pour abroger ces permis délivrés dans le plus grand des secrets.

 

Néanmoins, tant que la loi n’est pas passée et les décrets d’application publiés, les permis restent valides. De plus, il faut rester attentif quand bien même la loi aura été adoptée car comme l’a déclaré le même Fillon : « annulation ne veut pas dire renonciation ».

Cette ouverture dans le discours n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd quand le PDG de Total, De Margerie vient de déclarer : « Nous allons attendre que les choses se calment. Je ne suis pas pressé. »

 

Ce week-end dans l’hexagone, ne relâchons pas la pression en participant aux nombreuses manifestations prévues dont celle de Brignoles dans le Var.

 

Cette opération comme le dit mon ami J-F Sicurani dans je journal La Marseillaise du 15 avril : « aura le mérite de mesurer la réactivité des Varois face à une attaque contre leur environnement, d’autres entreprise similaires restant forcément à prévoir. »

 

Quant à la députée UMP Josette Pons, faute de s’exprimer à l’Assemblée sur ce sujet, elle aura peut-être entendu la colère des manifestants.

 

PS : Dès à présent préparons son départ en 2012 et son remplacement par un(e) élu(e) PCF / Front de Gauche par exemple…

Elle  ne sera pas une énorme perte pour le Var

Par contre l’élection d’un élu(e) de gauche serait un apport réel pour les hommes et les femmes de notre département. Cette idée doit faire son chemin.

 

Jean-Marie Bernardi.

Militant communiste.    

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article